• Home
  • Parlons Mobilité

thyssenkrupp dans le monde

tech tube: le YouTube de l’usine !

La digitalisation et l’industrie 4.0 représente le futur de la production. A l’avenir, les employés obtiendront des informations additionnelles depuis des lunettes connectées. Pour l’instant, thyssenkrupp est en phase de test à travers les connaissances accumulées dans la base de données vidéo « tech tube »

La transition vers l’e-mobilité, qui renforce les quantités et la complexité de pièces, implique de faire face à des défis majeurs. Il en va de même pour les ouvriers de production qui seront à l’avenir déployés avec davantage de souplesse afin de répondre à une variété de postes de travail tout en s’assurant que les processus de production soient parfaitement respectés.

thyssenkrupp Home Solutions cherche à soutenir le personnel dans ce nouveau monde du travail et a développé l’idée et la vision de « l’Usine Automobile du Futur », qui s’apparente à une base de données digitales destinée à la connaissance.

La réalité augmentée pour l’usine

L’un des outils incontournables dans cette usine du futur sera la réalité augmentée, telle que les lunettes connectées capables de fournir aux techniciens en temps réel, toutes les informations concernant les composants, les machines ou encore les procédés de travail. Cette technologie est déjà utilisée pour la formation de nos nouveaux collaborateurs. En ce qui concerne l’analyse qualité, cette fonction verra le jour prochainement !

« Nous avons pour objectif d’utilisé la réalité augmentée pour dynamiser notre productivité et assurer notre qualité ! » Dr. Matthias Hartmann, Direction Technologique et Innovation thyssenkrupp.

La connaissance vidéo pour aller de l’avant !

Le nom est délibérément évocateur de la célèbre plateforme Internet « YouTube » où chacun peut partager ses propres vidéos avec le monde entier. Thyssenkrupp cherche à utiliser cette idée de base de données de connaissances sous forme de vidéos de telle sorte à ce que l’expérience du technicien soit partagée. Ce « YouTube pour l’usine » sera alors utilisé dans l’entreprise.

Technologiquement, ceci est basé sur la caméra vidéo qui est incorporée dans les lunettes. « Que ce soit pour des chaînes de valeurs entières, pour une production complexe ou des processus de travail, nous pourront utiliser ces lunettes de données pour enregistrer toutes les opérations de production, toujours dans cette perspective d’amélioration. » Jens Stolzenburg, chargé de projets spéciaux chez thyssenkrupp. « Nous pouvons transférer cette connaissance de valeur aux emplacements souhaités dans le monde entier. Cela pourra prendre la forme de photos et/ou de vidéos.

Aujourd’hui, les collaborateurs peuvent seulement avoir un contact direct lorsqu’ils sont proches de leurs collègues. Dans le futur, « Tech Tube » leur permettra de demander et de partager des workflows en temps réel, sans aucune notion de frontières.

Un retour d’information complètement positif !

De cette façon, le « Tube Tech » est destiné à s’assurer que le savoir-faire et l’expérience technique soient disponibles pour tous les salariés, notamment pour le contrôle de qualité dans la production.

A l’avenir, les techniciens pourront avoir accès aux informations directement sur le verre des lunettes, dont le mode d’emploi, les mesures de sécurités ainsi que l’assistance pour l’utilisation et la maintenance des machines et/ou robots.

« Dans une telle situation, ils pourraient, par exemple, demander à un collègue espagnol situé dans une autre usine pour une solution en temps réel » explique Stolzenburg. « Le scénario idéal serait qeu la technologie traduise la réponse du salarié à l’étranger simultanément ou d’une manière asynchrone. Nous y travaillons encore à l’heure actuelle. »

Les premiers tests ont déjà été réalisés avec succès. « Nous recevons un retour d’informations systématiquement positif au sujet des tests ayant déjà été réalisés avec les lunettes de données », s’exprime Stolzenburg. « Cela pourra bientôt devenir une caractéristique standard de la boîte à outils complète d’un collaborateur spécialisé ».

Il est prévu que l’outil en question soit doté des langues les plus communes dans le monde. Son lancement pourrait déjà débuter en 2018.