Skip Navigation

Parlons Mobilité, 2020-05-06, 10:11 AM

Ordonné contre désordonné : comment vivre ensemble

Les causes de querelles les plus courantes pendant le confinement sont généralement sujet du rangement et de la propreté, particulièrement lorsque des personnes extrêmement ordonnées cohabitent avec des personnes désordonnées. Si pour les jeunes cela est sujet de discussion, pour les personnes âgées, le rangement peut devenir une question de sécurité dont il faut s’occuper.

Nous recommandons d'établir des règles, pour les personnes organisées et les personnes désorganisées afin que la cohabitation se passe de meilleure manière possible :

La phase de négociation :

Nous devons comprendre qu'une bonne négociation est celle où tout le monde gagne. Pour que la cohabitation soit positive, les deux partis devront faire des compromis. Les personnes organisées devront céder sur ce qui n'est pas vraiment essentiel et les personnes désorganisées accepter de ranger un minimum.

Négocier avec empathie et respect sera toujours plus apprécié plutôt que d'imposer simplement vos critères. Quitte à rester enfermés à la maison avec nos proches, nous ferions mieux de tout mettre en œuvre afin qu'ils soient toujours nos « proches » lorsque la période de confinement sera terminée.

Produire et maintenir est une priorité :

Socialement, il est préférable d’être ordonné que de ne pas l’être. Par conséquent, les personnes désordonnées sont généralement plus prédisposées à changer leurs habitudes (ou du moins à essayer). Toutefois, il y a une différence entre être ordonné et avoir une névrose obsessionnelle. Dans ce cas, si nous sommes quelque peu névrosés, il faudra apprendre à nous détendre car il est injuste et intrusif de forcer les autres membres de notre famille à vivre selon vos règles.

Concentrez-vous sur ce qui est important :

Idéalement, chacun devrait s'occuper du nettoyage de sa chambre et établir une journée hebdomadaire pour le faire. Au lieu de cela, les espaces communs devraient être nettoyés quotidiennement afin que tout le monde soit à l’aise. De plus, cela doit être fait par l’ensemble des habitants et des rotations peuvent être établies afin que tout le monde participe.

Prendre en compte les plus vulnérables :

Dans toute négociation, les besoins des personnes qui ont le plus de difficultés doivent être mis en avant. 

Par exemple, il est possible que nous ayons un membre de la famille souffrant d'un certain type de déficience cognitive liée à la capacité de se souvenir. Dans ces cas, l'ordre doit être strict afin d’aider la personne affectée à fonctionner normalement et efficacement et à ne pas oublier les choses essentielles, telles que la prise de ses médicaments.

Un autre exemple, les problèmes respiratoires qui augmentent généralement lorsque vous atteignez la vieillesse, et qui posent actuellement un risque supplémentaire, de sorte qu'une maison avec beaucoup de poussière ou sans bonne ventilation peut aggraver le problème.

Propreté ne veut pas dire en ordre :

L'ordre ne doit pas être confondu avec la propreté. Les personnes désordonnées nettoient moins, mais ce n'est pas toujours le cas. Il y a ceux qui ne retiennent pas la saleté, et bien qu'après avoir utilisé un objet, ils ne puissent pas le remettre à sa place, ils ne tolèrent pas un grain de poussière entre leurs livres empilés par terre.

De plus, un ordre strict n'est pas synonyme de propreté. La personne ordonnée ne veut pas forcément dire qu’elle est amie avec le plumeau. Atteindre un consensus « ordre contre propreté » est essentiel pour une cohabitation saine.

Sécurité et gain de temps :

Garder une maison bien rangée peut être essentiel pour la sécurité. Par exemple, si nous avons un traitement, cela nous permet de savoir où il se trouve et si nous l'avons pris. De plus, avoir une maison en désordre nous fera perdre beaucoup de temps à essayer de trouver des objets ou des vêtements. Un temps précieux que nous pourrions utiliser pour faire des choses de plus gratifiantes que de chercher nos affaires, car nous ne nous souvenons pas où elles se trouvent.

Établir des règles de base pour négocier :

  • Celui qui cuisine ne fait pas la vaisselle et ne met pas la table.
  • La salle de bain est nettoyée deux fois par semaine et on ne laisse pas d’affaire dans la pièce (comme des vêtements sales après la douche, des pantoufles ou des cosmétiques qui ont été utilisés au-dessus du lavabo).
  • Les personnes n’ayant plus de mobilité ou de problème de santé accomplissent moins de tâche que celles qui sont plus jeunes et en meilleure forme physique.
  • S'il y a un rôle établi qui génère une injustice (par exemple, que la grand-mère s'occupe toujours de tout), cela doit changer. Peu importe à quel point nous y sommes habitués. Une famille partage les charges et les grands-mères ont également droit à une pause .
  • Les couloirs et les zones de déplacement doivent être dégagés pour la sécurité des personnes âgée.

Belén Galán, directeur du marketing et de la communication chez thyssenkrupp Home Solutions Espagne, a déclaré :

« Que nous soyons organisés ou désorganisés, l'important est d'établir une bonne communication , de négocier avec compréhension et empathie et que tous les membres de la famille participent. Le coronavirus nous fait vivre une situation unique dans l'histoire et la meilleure façon d'y faire face est d’être avec nos proches. Par conséquent, il est temps pour nous de faire preuve de solidarité et de rendre cette agitation plus supportable pour tout le monde, en particulier pour nos aînés, qui méritent le respect et que l’on prenne soin d’eux comme ils ont pris soin de nous durant notre enfance. »

Soyez accompagnés de A à Z

  • 1. Conseils gratuits
  • 2. Etude de faisabilité à domicile
  • 3. Production & Livraison
  • 4. Installation
  • 5. Entretien & Réparation

Qui sommes-nous ?

  • N°1 mondial du monte-escalier
  • 65 ans d'expertise dans 80 pays
  • Présence dans toute la France
  • Monte-escalier allemand haut-de-gamme
  • Solution 100% sur mesure
style_generated_template
Haut de la page